Quand le Nez perd la Mémoire



L’odorat est le premier sens à se développer. Dans le ventre de nos mères, nous sentions déjà les odeurs qui feraient partie de nos vies.

Depuis notre enfance, nous lions les odeurs à des évènements, des personnes ou des endroits. L’odorat agit comme une bibliothèque mémorielle où il est agréable de flâner et se laisser porter par la nostalgie de nos souvenirs les plus lointains.

L’odorat nous définit dans notre singularité, définit notre identité et notre sensibilité au monde.

On se rend compte de l’importance de cet incroyable sens lorsqu’il se détériore ou disparaît complètement.

Dans le cas des maladies neurodégénératives comme Alzheimer ou Parkinson, l’odorat est lourdement impacté. Cela a également des répercussions sur la santé mentale des personnes atteintes.

La maladie d’Alzheimer est une maladie neuro dégénérative caractérisée par une perte progressive de la mémoire et de certaines fonctions cognitives conduisant à des répercussions dans les activités de la vie quotidienne.

Le dysfonctionnement de l’appareil olfactif est l'un des premiers symptômes décelables, bien avant les troubles mémoriels. Ce dernier peut se déclarer entre 5 et 10 ans avant l’aggravation de la maladie selon le Docteur Ramassamy, chercheur à l’institut national de la recherche scientifique canadien.


Une étude américaine publiée en 2017 dans le magazine Neurology tendait à prouver le lien entre les dysfonctionnements du bulbe olfactif et Alzheimer. L’étude menée sur 274 patients a démontré que ceux présentant des troubles olfactifs étaient ceux dont les biomarqueurs pour Alzheimer étaient les plus anormaux .

Cependant, 8% des cas sont dits précoces et concernent des patients âgés de moins de quarante ans. L’altération olfactive peut être synonyme d’autres pathologies neurodégénératives comme Parkinson ou psychiatriques comme la schizophrénie.


En France, 200 000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année. Un diagnostic précoce suivi par la mise en place d’un traitement augmentent les chances de ralentir l’évolution de la maladie. Ainsi, les individus atteints par cette maladie conservent leur autonomie plus longtemps.


L’odorat est directement connecté au cerveau de nos émotions, la perte de ce dernier sur une longue durée peut occasionner un véritable repli sur soi ainsi qu’un état dépressif.

Le Dr Jean-Pierre Willem a développé dans son ouvrage “ALZHEIMER ET ODORAT QUAND LES ARÔMES RESTAURENT LA MÉMOIRE” une méthode pour restaurer le système olfactif des personnes souffrant de cette maladie. En stimulant le bulbe olfactif avec des arômes, il est possible d’améliorer les facultés cognitives et faire ressentir des émotions profondément enfouies à ceux qui en ont le plus besoin.


Une odeur peut faire ressurgir des pans entiers de notre vie… alors sentez et (re)découvrez la !